(Vous pouvez cliquer sur les photos pour obtenir un agrandissement) 

A Nans sous Sainte-Anne, la source du Verneau constitue la résurgence du plus long réseau souterrain actuellement exploré en Franche-Comté. Plus de trente kilomètres de galeries ont été topographiées, se développant sous le territoire de 3 communes : Nans, Montmahoux, Déservillers.



La résurgence du Verneau



Descente au gouffre de Jérusalem

Outre la résurgence, 5 autres orifices sont reliés entre eux : Le gouffre de Jérusalem (accès au réseau le plus en amont), le gouffre de la Baume des Crêtes (le plus élevé en altitude), le gouffre des Biefs-Bousset, la grotte de la Vieille Folle, la grotte Baudin (exutoire fossile de la résurgence). Deux autres gouffre (la Broche, et le Creux qui Sonne) appartiennent au même réseau hydrologique, mais aucune "jonction humaine" n'a pu être réalisée.



Cascade au gouffre de Jérusalem

L'ensemble constitue un complexe de galeries souterraines organisées autour d'un "collecteur", dont 33,3 km ont été explorés et topographiés (juin 2001), développement plaçant le réseau à la onzième place parmi les plus longues cavités françaises.

La dénivellation entre l'orifice le plus élevé et la source est de 387m. Une "traversée" sans siphon, de plus de 8 km,  est possible entre le gouffre des Biefs-Boussets et la grotte Baudin, réservée évidemment aux spéléologues parfaitement expérimentés et équipés.

Les premières explorations qui ont laissé des traces écrites sont dues à Eugène Fournier, au tout début du XXème siècle. Puis dans l'entre-deux guerres, Charles Domergue et Pierre Ripotot (Groupe Spéléologique Dolois) explorent quelques prolongements.



Progression dans la rivière du Verneau

Mais c'est surtout à partir de 1970 que les découvertes s'enchaînent, grâce notamment  à l'acharnement d'un club de Besançon : la SHAG (Société Hétéromorphe des Amateurs de Gouffres). Le collecteur est atteint par le gouffre des Biefs Boussets, puis relié au gouffre de la Vieille Folle, pendant que le franchissement en plongée du siphon de la résurgence ouvrait la voie à toute la zone avale du réseau.

Cette cavité prestigieuse n'existe que par le travail bénévole des spéléologues qui, grâce à leur technicité et  leur esprit de découverte et de recherche, ont permis d'ajouter au patrimoine franc-comtois ce joyaux du monde souterrain.

Rémy Limagne

Recommandations pour la traversée du Verneau



Le "tripode", concrétion unique en franche-Comté

[retour]

[accueil]